L'appel du sauvage, Souvenirs d'enfance et de jeunesse
EAN13
9782714312686
ISBN
978-2-7143-1268-6
Éditeur
José Corti
Date de publication
Collection
Biophilia
Nombre de pages
208
Dimensions
21,4 x 13,5 x 1,6 cm
Poids
256 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'appel du sauvage

Souvenirs d'enfance et de jeunesse

De

Traduit par

Postface de

José Corti

Biophilia

Offres

John Muir (1838-1914), est une des figures mythiques des États-Unis où il est considéré comme le père des Parcs Nationaux et l’un des premiers hommes à avoir perçu les dangers de l’exploitation de la nature – par essence sauvage.
John, dès son enfance, est confronté aux difficultés de la pauvreté et du travail tout en étant émerveillé par les beautés de la nature. À leur valeur unique de témoignage s’ajoute une vision du monde qui n’enlève rien à la fraîcheur de ses Souvenirs.
Ses capacités intellectuelles et techniques d’inventeur lui ouvrent toutes les portes mais son choix est fait : « J’aurais pu devenir millionnaire et j’ai choisi d’être un vagabond ». Il travaille et rêve désormais à un jour où la prise de conscience collective obligera les gouvernements à protéger la nature – héritage commun de tous les êtres vivants – en nous mettant en garde dès le XIXe siècle.

Cette démarche à contre courant pouvait paraître à l’époque celle d’un illuminé ; elle se révèle de plus en plus prophétique.

Muir, c’est le héros des écologistes américains ; les Parc Nationaux, c’est lui, et sans lui, les séquoias géants de Yosemite Park auraient été débités en allumettes par les cyniques héros de la libre entreprise. Il faut lire d’abord la postface de Bertrand Fillaudeau, qui nous fait aimer follement cet Écossais élevé à la dure par un père qui maniait la Bible et le fouet. (...) Muir vit dans la nature, qu’il admire comme un don de Dieu et que les hommes défigurent et saccagent. Il n’est pas pour autant rousseauiste, il observe les animaux et voient bien qu’ils tuent en toute innocence au-delà du bien et du mal. Les Muir émigrent au Wisconsin, construisent leur cabane en rondins et bûchent comme des brutes. Mais John "fera la route", beatnik avant la lettre, toutefois sans alcool et sans femmes. Vagabond, il ne se considérera jamais comme un "écrivain", il est beaucoup plus fier de ses dons d’inventeur-bricoleur plutôt farfelu : trop pauvre pour s’offrir une montre, il fabrique une horloge en bois avec laquelle il déclenche le feu dans le poêle de l’école dont il a la charge. Lisez tous les détails.
Michel Polac, Charlie Hebdo, Les Colosses américains, 28 juillet 2004.

Voulez-vous savoir à quoi rassemblaient Chateaubriand, Walt Whitman et Henry Thoreau lorsqu’ils portaient des culottes courtes ? Lisez le livre de John Muir et vous aurez une idée de ce que ces trois esprits réunis en un seul corps d’enfant auraient pu éprouver. [...]
Dans ses souvenirs d’enfance cette épopée est contée sans forfanterie ni grandiloquence. Avec mesure, avec minutie au contraire; Le souffle de l’expérience poétique de cet homme hors du commun, dans la vie et dans la littérature, en est d’autant plus sensible.

Michéa Jacobi, CIPCM 2006

Ce livre a d'abord été publié sous le titre "Souvenirs d'enfance et de jeunesse".
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...