A l'approche des fêtes de fin d'année, les difficultés d'approvisionnement en papier peuvent allonger nos délais de livraison jusqu'à 3 semaines pour les livres sur commande (points orange). Nous vous conseillons d'anticiper vos achats et de privilégier des ouvrages en stock (points verts).

Paris 1961, Les algériens, la terreur d'état et la mémoire
EAN13
9782072931901
ISBN
978-2-07-293190-1
Éditeur
Folio
Date de publication
Collection
Folio histoire
Nombre de pages
753
Dimensions
17,8 x 10,8 x 2,9 cm
Poids
368 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Fiches UNIMARC
S'identifier

Paris 1961

Les algériens, la terreur d'état et la mémoire

De ,

Traduit par

Postface de

Folio

Folio histoire

Offres

Le 17 octobre 1961, des dizaines d'Algériens furent tués par balles ou assommés et jetés dans la Seine par la police parisienne alors qu'ils manifestaient pacifiquement, à l'appel du Front de libération nationale, pour l'indépendance de l'Algérie et contre le couvre-feu discriminatoire que leur avait imposé le préfet de police Maurice Papon. Paris 1961 fait l'analyse exhaustive de cette violence et de ses séquelles.Jim House et Neil MacMaster démontrent que ce massacre constitua le paroxysme d'une répression couramment pratiquée par les autorités françaises à l'encontre des immigrés algériens. L'État français importa progressivement en métropole la violence qu'il déployait au Maroc et en Algérie depuis les années 1940 dans sa lutte contre les nationalismes d'indépendance. Des tactiques institutionnalisées, dont la torture et l'assassinat, furent ainsi mises en oeuvre jusqu'à Paris pour démanteler le FLN.L'ouvrage analyse également l'occultation officielle de ce massacre, qui ne suscita pas de réaction de masse au sein de la gauche et rencontra l'ambivalence des dirigeants nationalistes algériens avant de lentement réémerger dans les mémoires en France et en Algérie.Événement brûlant de l'histoire contemporaine, la répression policière du 17 octobre 1961 témoigne du rapport trouble que la France entretient avec son passé colonial.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...