Le Livre de l'intranquillité
EAN13
9782267021776
ISBN
978-2-267-02177-6
Éditeur
Christian Bourgois
Date de publication
Collection
Littérature étrangère
Nombre de pages
610
Dimensions
23 x 14 x 0 cm
Poids
720 g
Langue
français
Langue d'origine
portugais
Code dewey
869.84103
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

« En ces heures où le paysage est une auréole de vie, j'ai élevé, mon amour, dans le silence de mon intranquillité, ce livre étrange... » qui alterne chronique du quotidien et méditation transcendante.

Le livre de l'intranquillité est le journal que Pessoa a tenu pendant presque toute sa vie, en l'attribuant à un modeste employé de bureau de Lisbonne , Bernardo Soares. Sans ambition terrestre, mais affamé de grandeur spirituelle, réunissant esprit critique et imagination déréglée, attentif aux formes et aux couleurs du monde extérieur mais aussi observateur de « l'infiniment petit de l'espace du dedans », Bernardo Soares, assume son "intranquillité" pour mieux la dépasser et, grâce à l'art, aller à l'extrémité de lui-même, à cette frontière de notre condition ou les mystiques atteignent la plénitude « parce qu'ils sont vidés de tout le vide du monde ». Il se construit un univers personnel vertigineusement irréel, et pourtant plus vrai en un sens que le monde réel.

Le livre de l’intranquillité est considéré comme le chef-d’œuvre de Fernando Pessoa.

Pessoa est né en 1888 à Lisbonne. Pendant trente ans, de son adolescence à sa mort, il ne quitte pas sa ville de Lisbonne, où il mène l'existence obscure d'un employé de bureau. Mais le 8 mars 1914, le poète de vingt-cinq ans, introverti, idéaliste, anxieux, voit surgir en lui son double antithétique, le maître « païen » Alberto Caeiro, suivi de deux disciples : Ricardo Reis, stoïcien épicurien, et Álvaro de Campos, qui se dit «sensationniste ». Un modeste gratte-papier, Bernardo Soares, dans une prose somptueuse, tient le journal de son « intranquillité », tandis que Fernando Pessoa lui-même, utilisant le portugais ou l'anglais, explore toutes sortes d'autres voies, de l'érotisme à l'ésotérisme, du lyrique critique au nationalisme mystique. Pessoa, incompris de son vivant, entassait ses manuscrits dans une malle où l'on n'a pas cessé de puiser, depuis sa mort en 1935, les fragments d'une œuvre informe, inachevée, mais d'une incomparable beauté.

Après le succès considérable de la première édition française, parue en deux volumes (1988 et 1992), puis de la seconde édition, intégrale, en un volume (1999), nous présentons aujourd’hui cette troisième édition, entièrement revue et corrigée, d’après le dernier état de l’édition portugaise (8e édition, 2009), publiée par Richard Zenith. Celui-ci a en effet introduit de nouvelles et nombreuses modifications, rectifiant ainsi les multiples erreurs de lecture qui entachaient l’édition portugaise originale (parue en 1982) ; figurent en outre dans le présent volume de nombreux inédits retrouvés par Richard Zenith depuis la première publication au Portugal. L’ordre des textes adopté ici, comme auparavant dans la 2e édition, diffère de l’ordre suivi dans la 1ère édition, pour obéir à une organisation thématique, mais plus dynamique et plus fidèle, dans la mesure du possible, à la chronologie des différents fragments. Enfin, la traduction proprement dite a fait à son tour l’objet d’une nouvelle révision approfondie par la traductrice elle-même, qui s’est efforcée de rendre, avec le maximum de transparence, la force poétique et dramatique de ce texte, l’un des chefs-d’œuvre de la littérature du XXe siècle.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

10 octobre 2018

Dépression

Quelle somme de fragments ! Qu'il n'y ai pas de liens entre ces fragments m'a gênée. Je n'ai pas réussi à plonger dans cette œuvre inachevée. Mais les différentes explications en début de volume par des experts ont été d'un ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Fernando Pessoa
Plus d'informations sur Françoise Laye
Plus d'informations sur Eduardo Lourenço