La peau dure de Raymond Guérin : notre prix Mémorable 2018

La peau dure de Raymond Guérin : notre prix Mémorable 2018

Depuis maintenant onze ans, le groupement des libraires Initiales rend hommage au travail d’édition et de traduction grâce à son prix Mémorable. Cette distinction vient saluer la réédition d’un auteur injustement oublié, d’un livre inédit ou de la traduction entièrement révisée d’une œuvre.

C’est le livre La peau dure de Raymond Guérin, réédité en 2018 par Finitude, qui remporte le prix Mémorable décerné par les quarante-quatre librairies appartenant au groupement Initiales. Il devance les deux autres titres retenus avec lui pour la phase finale du prix :
Le tonneau magique de Bernard Malamud (Rivages), traduit de l’anglais (États-Unis) par Josée Kamoun
L’élève Gilles d’André Lafon (L’Éveilleur)

Avec La peau dure, les libraires initiales rendent hommage à l’écriture, juste, dure et libre de Raymond Guérin dont le propos entre pleinement en résonance avec les préoccupations d’aujourd’hui. C’est un livre « coup de poing », mémorable, qui s’inscrit dans la lignée des plus beaux romans sociaux. Initiales salue également le superbe travail de la maison d’édition Finitude.
Nouveau prix Mémorable, La peau dure de Raymond Guérin succède à Comment j'ai rencontré les poissons d'Ota Pavel, lauréat 2017, édité par les éditions Do.

Le sens que nous, libraires indépendants, donnons au prix Mémorable :
La nécessité de ne pas se laisser emporter par la vague de l’actualité ;
Le plaisir de creuser le fonds éditorial pour en sortir de jolies pépites ;
La volonté de faire passer de l’ombre à la lumière des livres méconnus ou délaissés ;
La joie de nourrir la curiosité des lectrices et des lecteurs qui viennent dans nos librairies

En savoir plus :
le site des éditions Finitude : finitude.fr

La Peau dure
14,50

La peau dure, c’est un roman à trois voix. Celles de trois sœurs : Clara, Jacquotte et Louison. Trois femmes fragiles, ballottées dans un monde trop grand pour elles, trop cruel aussi, un monde régi par les hommes.
La peau dure, c’est un roman extrêmement social, voire même ouvertement féministe. En cela, près de soixante-dix ans après sa première publication, il conserve une grande modernité, une résonance certaine avec notre société contemporaine.
La peau dure, c’est un véritable plaidoyer, âpre et cinglant, pour la cause des petits, des faibles, des laissés-pour-compte.