Le restaurant de l'amour retrouvé

Le restaurant de l'amour retrouvé

Ito Ogawa

Philippe Picquier

  • 23 février 2021

    cuisine, Japon

    J’ai tout de suite aimé Rinco, qui travaille dans un restaurant turc, mais cuisine indien chez elle pour son petit ami. Quel stupéfaction de découvrir que l’appartement avait été vidé de fond en comble sans signe avant-coureur. Rinco mettra longtemps à se remettre de ce vide.

    Seul subsiste le bocal de saumure de sa grand-mère, épargné parce que caché.

    J’ai moins aimé la mère de Rinco, qui travail au café Amour et que j’ai trouvé froide.

    J’ai suivi avec intérêt les plats que prépare la jeune femme, l’eau à la bouche.

    J’ai aimé qu’elle s’éclipse lorsque ses clients dégustaient ses repas, après avoir fait sa révérence de danseuse.

    J’ai aimé le paysage de ce village, proche des deux collines en forme de mamelons.

    Rinco ne parle plus depuis le drame de sa séparation, mais c’est comme si ce problème n’en était pas un, car elle trouve des subterfuges pour se faire comprendre. La parole semble de peu d’importance dans sa vie.

    Un roman plein de couleurs et de saveurs au fil des saisons.

    Et même si je n’ai pas pleuré dans les dernières pages, ne m’étant pas attaché au cochon, j’ai refermé ce livre avec l’impression de dire au revoir à une amie.

    Une citation :

    Il y a ce qui a disparu pour toujours. Mais qui, néanmoins, demeure éternel.

    L’image que je retiendrai :

    Celle du bocal de saumure de la grand-mère de Rinco dont le contenu remonte à des temps antédiluviens.

    https://alexmotamots.fr/le-restaurant-de-lamour-retrouve-ogawa-ito/


  • 17 août 2016

    Délicieux !

    D'une écriture simple qui va droit au cœur, ce conte poétique sur le don de soi vous transporte dans une contrée aux mille saveurs. A déguster comme un bon plat préparé avec amour.


  • par (Libraire)
    15 juillet 2015

    Une petite pépite

    Il y a des livres comme celui-ci qui vous marquent. Il ne manque que les recettes que Rinco prépare avec Amour.
    Comme j'aimerais que ce restaurant puisse m’accueillir! Miam!


  • par (Libraire)
    27 janvier 2015

    La cuisine pensée comme une prière: le goût de la vie

    Lorsque Rinco rentre chez elle, son appartement est vide. Son amoureux indien est parti en emportant tout avec lui, y compris la voix de Rinco. Désormais muette de chagrin, dépouillée de tout, la jeune femme décide de rentrer chez sa mère dans un village perdu en montagne. C'est là, dans la maison de son enfance qu'elle prend la décision d'ouvrir un restaurant: l'escargot. Pas à pas, Rinco reprend goût à la vie tout en émerveillant le palais des autres.

    Beaucoup de finesse et une philosophie toute japonaise dans ce très beau livre d'Ito Ogawa. Plein de petits bonheurs et de pensées intérieures, "Le restaurant de l'amour retrouvé" est une pépite de tendresse et d'amour. Jamais poussif ni ridicule, ce roman est un vrai régal, à la fois pour nos papilles - pressées de goûter enfin un menu sur-mesure de l'Escargot - et pour le moral. Un roman initiatique et philosophique, un vrai petit bijoux japonais à découvrir les jours tristes.