Le dernier Lapon

Le dernier Lapon

Olivier Truc

Points

  • 31 octobre 2015

    Quand Klemet Nango et Nina Nansen, officiers de la Police des rennes détachés à Kaitokeino, foncent sur le vidda pour signifier à Mattis que ses bêtes n'ont que trop tendance à s'aventurer dans les pâturages de ses voisins, ils sont loin de se douter que le sami vit là ces derniers instants. Le pauvre homme, solitaire et alcoolique est poignardé quelques jours plus tard, ses oreilles découpées et marquées comme celles d'un renne. Au commissariat, on penche pour un règlement de compte entre éleveurs. Mais Klemet et Nina n'y croient pas. Le tambour sami, très ancien et précieux, qui a été volé au musée de la ville, les oriente sur une autre piste. Pour Nina, les deux affaires sont liées et cette idée va les conduire dans une enquête compliquée où se mêlent traditions samis, prospections géologiques, évangélisation et racisme. Dans une Laponie où les samis tentent de conserver leur mode de vie ancestral malgré l'animosité de certains norvégiens et le rouleau compresseur de la modernité, Klemet et Nina devront combattre le Mal pour faire la lumière sur les mystères du vidda.

    ''Bures'' et bienvenue en Laponie ! Pour suivre les aventures de Klemet, policier d'expérience d'origine sami et sa jeune partenaire fraîchement sortie de l'école de police qui a grandi dans un fjord du sud de la Norvège. Il connait bien la région, elle débarque. Il aime rassembler les preuves, elle suit son instinct. Il est installé dans sa routine, elle a la fraîcheur de la jeunesse. Un duo pas forcément assorti mais qui fait des étincelles. L'autre atout d'Olivier TRUC est sa grande connaissance de la Laponie, vaste territoire qui s'étend en Norvège, en Suède et en Finlande. La police des rennes a autorité dans les trois pays et s'occupe essentiellement des conflits entre éleveurs, des vols de bêtes et des frictions entre sa mis et scandinaves. L'action se situe en janvier, moment où le soleil refait son apparition, pour quelques minutes seulement, après des mois de nuit polaire. La neige, le froid, le gel, des températures de moins 30 degrés, voilà ce qu'affrontent les éleveurs des rennes sur le vidda, vaste étendue désertique de la toundra. Les policiers enquêtent sur le vol d'un tambour sami et sur le meurtre d'un éleveur, pauvre bougre, fils et petits-fils de chaman. Les pistes slaloment entre traditions ancestrales et prospections minières et croisent la route d'un odieux géologue français et d'Aslak, un éleveur à l'ancienne qui continue de surveiller son troupeau à skis quand tous les autres utilisent le scooter des neiges, voire l'hélicoptère. L'enquête policière est besogneuse et TRUC a tendance à beaucoup se répéter. On saura que Klemet galérait avec les filles du temps de sa jeunesse ou que les distances sont longues dans la toundra. Mais l'évocation de la culture sami et les difficultés de ce peuple à la conserver sont très bien rendues. L'auteur a imaginé des personnages hauts en couleurs comme l'oncle de Klemet, chanteur de joïks, les chants traditionnels samis, vieillard guilleret, en ménage avec une jeune chinoise qu'il appelle Changounette ou Aslak, pur parmi les corrompus.
    Une belle découverte de la Laponie, des enquêteurs sympathiques et un contexte vraiment dépaysant, malgré quelques longueurs et quelques répétitions, Le dernier lapon est un très bon polar qui sait être original. À découvrir.


  • 5 mai 2014

    Plongée en laponie

    Il y a comme ça des plongées dans une civilisation qui sont de vrais moments de grâce car elles savent voler au temps et à l'espace la vraie physionomie des gens, leur histoire, leurs mentalités. Le dernier Lapon est une réussite tant sur le plan culturel qu'au niveau de l'intrigue policière, joliment plantée dans ce décors âpre et réaliste qu'est la Laponie aujourd'hui.


  • par (Libraire)
    10 novembre 2013

    Une atmosphère...

    Dans la lointaine et froide Laponie, un tambour traditionnel est volé dans un centre culturel. Dans le même temps, Mattis, un éleveur de rennes, est assassiné. Ses oreilles sont tranchées, comme on tranche les oreilles des rennes. Dans la ville de Kantokeino, il y a deux membres de la police des rennes, Klemet Nango, un sami, et Nina Nansen, une jeune femme du sud de la Norvège. Cette brigade transfrontalière a autorité sur tout ce qui concerne les rennes et leurs éleveurs. Elle va enquêter sur ces deux affaires et, très rapidement créer des tensions, réveiller des affaires enfouies. Elle gêne Karl Olsen, un gros propriétaire et politicien pas vraiment honnête, Rolf Brattsen qui hait les sami, Olaf Renson, le sami activiste qui sait se faire voir dans les médias, le pasteur protestant fondamentaliste qui eut sauver les lapons de l'alcool. Chacun aurait des raisons d'être l'auteur du vol et/ou du crime. Il y a aussi le géologue français amateur de jeunes filles, qui connaît bien la région et qui a intérêt à ce qu'on l'oublie.
    Et il y a Aslak, le lapon qui vit à l'ancienne, avec son petit troupeau de cinquante rennes qu'il visite à skis, ses chiens, sa femme malade qui ne quitte jamais le gumpi. Il est à la fois respecté et craint.

    L'enquête se révèle complexe et l'intrigue solide tient son lecteur en haleine jusqu'au dernier moment. On découvre un territoire méconnu, une nature encore indomptée, l'histoire et la richesse de la culture sami, mais aussi sa fragilité face à la modernité, à la tentation du confort et de la richesse, la lutte pour l'autonomie politique. Sans insistance mais avec fermeté, Olivier Truc montre le danger de la richesse minière et les luttes ethniques. Il nous baigne dans l'atmosphère des grands espaces glacés et des aurores boréales, des longs trajets en scooter des neiges.
    L'auteur vit à Stockolm depuis près de vingt ans. Journaliste, il connaît bien la région et dans ce roman policier ethnique, nous en fait découvrir dureté et la sauvagerie du climat, la nuit polaire et la beauté blanche. C'est très beau !

    En écho, on pourra lire les enquêtes de Joe Leaphorn et Jim Chee, de la police tribale navajo, dans les romans de Tony Hillerman, publiés par les éditions Rivages.


  • 3 novembre 2013

    Bon cocktail

    Après des débuts mitigés, j’ai beaucoup apprécié cette lecture. En effet, le rythme s’emballe et on suit avec intérêt les différents personnages. Le gentil flic introverti, la nouvelle recrue, les gardiens de rennes plus ou moins authentiques, le géologue malsain...
    Première chose, le masque tombe et le grand nord n’est pas qu’un lieu de rêve...
    Seconde : On découvre les contrastes dans les populations septentrionales.
    Enfin, les chapitres vivent au rythme du temps d’ensoleillement et je n’en mesurais pas l’importance.
    Un bon cocktail donc, si ce n’est que l’enquête progresse complètement au hasard.