Oyana

Oyana

Éric Plamondon

Quidam Édition

  • 27 mai 2019

    Pays basque, terrorisme

    J’avais été scotché par ma lecture de "Taqawan" de cet auteur : un roman fort et violent.
    Dans ce dernier roman, l’auteur est moins violent mais tout aussi fort.
    Oyana naît au Pays Basque : elle aime faire du surf avec ses amis. Jusqu’au jour où l’un d’eux meurt sous les coups des policiers. Elle s’engage alors dans l’ETA et commet un attentat qui coûtera la vie à une mère et sa fille.

    À la suite de ce meurtre, Oyana s’enfuit au Mexique avec le soutien de l’organisation terroriste. Elle y rencontre son futur mari, et ils s’installent au Québec. Oyana n’a jamais rien dévoilé de son passé à son mari. Jusqu’au jour où une information à la télévision la replonge dans son passé.

    Elle décide de retourner au Pays Basque et, dans une longue lettre, explique pourquoi à son mari. Mais son pèlerinage de retour ne se fait pas sans heurts ni sans hésitations.

    Le texte aborde le sujet du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes d’une autre façon. Il nous place cette fois-ci du point de vue d’une terroriste que hante son crime.

    Jusqu’où aller dans la lutte politique pour faire entendre ses droits ?

    L’auteur alterne la lettre d’Oyana à son mari avec des chapitres sur l’histoire et la fin d’ETA, sur le macabre bilan de ces années de sang.

    Un auteur engagé pour un texte qui ne l’est pas moins.

    L’image que je retiendrai :

    Celle du merveilleux Pays Basque, entre océan et montagne, avec ses brebis.

    https://alexmotamots.fr/oyana-eric-plamondon/


  • 9 mai 2019

    Conseillé par Marie-Laure

    À Montréal, une femme apprend au détour d'un article que l'ETA a définitivement rendu les armes. Elle entreprend alors de rédiger une longue confession à son mari.
    Qui est cette femme mystérieuse au passé trouble, Oyana ?

    Éric Plamondon, toujours aussi truculent nous plonge dans le pays basque français, des années 90, aux prises avec l'ETA.

    Il faut lire Éric Plamondon, aussi unique dans son style que dans son humour. Et il faut aussi lire sa trilogie "1984", réédité chez Le Quartanier autour du premier Tarzan, de Richard Brautigan et de Steve Jobs.


  • par (Libraire)
    20 avril 2019

    L'ETA s'est dissoute un jour de mai 2018, l’existence d'Oyana en a fait de même. Cette jeune Basque a construit sa vie à Montréal... Mais cette annonce rouvre les plaies de son histoire...
    Par une déchirante lettre à son mari, elle se livre et révèle les mensonges du passé.
    Par une écriture subtile et tendue, Éric Plamondon livre un texte fort et touchant sur cette femme et ses racines.


  • par (Libraire)
    18 avril 2019

    Rattrapée par son passé !

    2018 - Canada.
    Oyana apprend dans le journal la dissolution de l'ETA. L'annonce la bouleverse ! Pourquoi ? Qu'est-ce qui peut lier cette traductrice, vivant avec son mari médecin au Canada, au mouvement indépendantiste du Pays-Basque ? Qui est-elle vraiment ? Comment est-elle arrivée au Canada ?
    Ramenée des années en arrière, Oyana ne peut plus taire le lourd secret qui pèse sur son existence... Dans une longue lettre, bouleversante, adressée à son mari, elle se confie enfin et raconte son histoire !
    Un texte splendide !


  • par (Libraire)
    17 avril 2019

    Superbe

    Avec la fin de L'ETA en 2018 s'achève 20 ans d'exil pour Oyana. C'est aussi la fin d'un mensonge qu'elle n'a pas le courage d'exprimer à son mari autrement qu'à l'écrit, sous forme de lettre. Plamondon nous offre un roman très intime, sur la perte de son identité culturelle et de son territoire. Ce livre nous ouvre également plusieurs fenêtres sur l'histoire du Pays-Basque. Un mélange bien rythmé qui promet un grand plaisir de lecture.


  • par (Libraire)
    22 mars 2019

    Oyana éric plamondon

    Comme dans son précèdent roman le québécois Éric plamondon se penche à nouveau sur les liens délicats entre identité langage et territoire COUP DE CŒUR !!!

    Delphine Bouillo


  • par (Libraire)
    12 mars 2019

    Une vie d'exil

    Un texte superbe sur le déchirement de l'exil, mais aussi la responsabilité et la culpabilité, récit hallucinatoire de la vie d'une femme qui fuit, ou va de l'avant, ou les deux. En même temps. Un roman fort et doux à la fois.


  • 10 mars 2019

    **[Valérie Gans notre critique invitée (Madame Figaro) a aimé
    Oyana de Éric Plamandon et elle nous dit pourquoi.

    ](https://www.onlalu.com/2019/02/27/valerie-gans-madame-figaro-a-choisi-oyana-
    de-eric-plamandon-40178)[Oyana est également le coup de coeur de la Maison du
    livre à Rodez](https://www.onlalu.com/2019/03/05/quoi-lire-61-40344)
    dans le  q u o i  l i r e ? #61**

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u